LA 36e DIVISION D'INFANTERIE

DANS LE SUD-OUEST

Les premiers combats de l’Aisne

 

    La 5e Armée a pour mission de s’infiltrer dans la fissure Corbeny-Aguilcourt. À sa droite, le corps de sir Douglas Haig est en liaison avec le détachement de la 5e Armée formée par le corps de Cavalerie du général Conneau et le 18e C.A, à présent commandé par le général Louis Maud’huy. Créé le 9 septembre 1914, afin de renforcer l’armée anglaise sur sa droite, ce détachement est un renfort pour contrer l’armée de Von Klück. La 5e Armée appuie la manœuvre frontale en direction de la rive sud de l’Aisne et tente de bousculer l’armée de Von Bülow sur Épernay, Reims, Amifontaine et Rethel.

 

Le 10 septembre 1914, le 18e C.A passe la Marne par les ponts d’Azy et de Château-Thierry et maintient le contact avec l’armée Britannique, par Oulchy-le-Château (Aisne). Il traverse toute la région de Mareuil-en-Dôle (Aisne) et gagne le plateau de Fère. La journée du 13 devient cruciale. Le général Maud’huy aborde la rive droite avec la 35e D.I (colonne de droite) qui marche sur Corbeny (Aisne), par Roucy, la 36e D.I et la 38e D.I (colonne de gauche) marchent sur Craonne et Craonnelle, par Maizy-Beaurieux (Aisne). À midi, la rivière est franchie sur tous les ponts. À 13 heures, le plateau de Paissy tombe aux mains des Alliés. On approche du Chemin des Dames (Aisne - Entre Laon et Soissons). La colonne de gauche débouche de Beaurieux sur Craonnelle et Hurtebise (Aisne). La colonne de droite traverse Pontavert et se porte sur Corbeny. La 36e D.I occupe Oulches, aux portes d’Hurtebise. La 35e D.I s’empare de la Ville-aux-Bois, Corbeny et Craonne. Vers 18 heures, sur la ligne de front : la Tour de Paissy, Oulches, le Temple, la Ville-aux-Bois, les hommes s’élancent au mépris du déluge de feu. Le Chemin des Dames résiste magnifiquement. Une brigade du VIIe corps de réserve allemand arrive sur le plateau. Une grande bataille recommence. Elle durera quatre ans ! Le 16 septembre 1914, le 2e classe vicquois Prosper Justin Deluc de la 12e compagnie du 18e R.I, est «porté disparu» à Ville-aux-Bois (Aisne). Le lendemain 17, le sous-lieutenant vicquois Henry de Tournemine est gravement blessé. Après sa guérison, il refuse la réforme n°1 pour reprendre du service. Il sera remarqué pour sa bravoure et son abnégation, en septembre 1916.

 

Le 18e C.A cantonne sur le plateau de Paissy et s’avance sur Hurtebise. Les Uhlans, la cavalerie et l’artillerie de la 28e Brigade (VIIe Corps de réserve Allemand) quittent Laon dans la nuit du 12 au 13. Suit le reste du corps d’armée. Puis, le XVe Corps de l’armée Von Heeringen arrive sur Corbeny et la trouée d’Amifontaine. À Hurtebise, le 18e C.A est pris par la contre-attaque ennemie. À Condé-sur-Suippe et Aguilcourt, la XIIIe division du VIIe Corps attaque nos divisions de réserve. Von Bülow ajoute ses troupes et ses renforts.

Plaque commémorative à la gloire du 18e R.I de Pau

érigée sur le plateau de Craonne - collection Augustin Simon

L’Aisne est franchie et une lutte tragique se dessine.