BIBLIOGRAPHIE

 

Auteur de 27 ouvrages + 3 ouvrages en participation, Claude Larronde a écrit sur des sujets tels que l'histoire régionale de la Bigorre, les monnaies médiévales locales, l'architecture de style Baltard de la Halle aux grains de Vic-en-Bigorre, gothique toulousaine de son église Saint-Martin ou républicaine de l'Hôtel de Ville. La saga des Maires de la ville ou des moulins à eau vicquois, l'inversion des armoiries municipales, l'origine des Noms de famille gascons, la naissance, le développement et la fin du premier établissement industriel des Hautes-Pyrénées : L'Arsenal de Tarbes, la physionomie de la ville de Tarbes, il y a 100 ans, la naissance historique de la Rivière-Basse, l'héroïsme de Jean-Baptiste Guindey, Grenadier de la Garde de l'Empereur ou la retraite des sans-souliers du maréchal Soult poursuivi par l'implacable Wellington, à travers le Sud-Ouest de la France, n'ont pas échappé à son œil observateur. Les mœurs, les coutumes ou traditions des terroirs du Val d'Adour, dans les Hautes-Pyrénées, sont omniprésentes dans ses récits. Enfin, l'héroïsme au quotidien et les souffrances endurées par les Poilus de Vic-en-Bigorre nous sont présentés en une toile tissée de plus d'une centaine de parcours magnifiques et sanglants de ces héros anonymes.

Il publie les monographies des instituteurs de la République, en 1887, la réalité féodale de la terre de Rivière-Basse, l'implantation des cagots et crestiàs sur les flancs des Pyrénées, le phénomène de l'apparition des sorcières dans les Pyrénées, l'obstination bienfaitrice de Bertrand Barère, le Conventionnel, à créer le département des Hautes-Pyrénées et le génie du botaniste Placide Massey et de l'architecte Jean-Jacques Latour pour édifier, au jardin Massey, le plus bel ornement de la ville de Tarbes.

Cinéaste, il a présenté des sujets tels que les clochers bigourdans, l'épopée de Gaston Fébus, l'hérésie Cathare et les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. 

 

Il présente dans les colonnes de la "Revue Française de Généalogie" les particularités des noms de baptême et de famille gascons. Historien de la sculpture romantique en Bigorre, il publie deux ouvrages sur Edmond Desca et Léon Dufrène, artistes dont les oeuvres furent récompensées aux salons des Arts Français.

Membre de l'Académie des Lettres Pyrénéennes et Chevalier dans l'Ordre des Palmes Académiques, il reçoit, en 1995, le prix Louis Ducla, haute récompense décernée par l'Association régionaliste du Béarn, du Pays Basque et des contrées de l'Adour, pour son ouvrage : "L'Arsenal de Tarbes, Histoire et Patrimoine" et pour l'ensemble de son oeuvre.

Autodidacte et passionné, Claude Larronde a le regard de l'humaniste pour sa terre de Bigorre.

 

Aujourd'hui, Claude Larronde livre ses chroniques dans "La Nouvelle République des Pyrénéespour mieux nous faire connaître et aimer notre Pays.

 

 

Le 22 février 2008

Claude Miqueu, maire de Vic-en-Bigorre,

remet à Claude Larronde la Médaille d'Honneur de la Ville

pour l'ensemble de ses travaux historiques.

 

Par décret du 1er février 2013, Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre, nomme Claude Larronde Chevalier dans l'ordre des Palmes Académiques.

 

Le 19 septembre 2013, dans les salons de la Préfecture de Tarbes et en présence d'Henri d'Abzac, Préfet des Hautes-Pyrénées, Claude Miqueu, parrain de Claude Larronde, lui remet la décoration des Palmes Académiques