Les Moulins de Vic-Bigorre

 

L'histoire des moulins vicquois est une véritable saga et la maîtrise de l'eau du canal demeure l'ardente obligation de leurs propriétaires. C'est aussi le récit de l'ambition des hommes dans une guerre économique sans merci. Pour les familles bourgeoises, la possession d'un moulin est une promotion sociale et l'ennoblissement assuré par le paiement de la redevance comtale qui y est attachée. Les familles nobles ont joué un rôle déterminant dans la vie de la Cité et ont largement contribué au prestige du plus ancien de ses vestiges.

 

Morceau choisi :

 

"L'idée de construire un moulin sur la rivière de l'Echez, avec culées et piliers en pierre, est adoptée par tous. Une supplique est adressée par la "Bésiau" - assemblée municipale - au roi Louis XIV qui l'accepte par lettres patentes, en juin 1651. Cela coûtera aux finances locales 15 livres tournois de fief annuel, payable à la Saint-Jean-Baptiste pour droit "d'albergue" ou de "cens", à remettre dans les mains du Receveur ordinaire du domaine du comté de Bigorre.

 

Sa Majesté permet de construire un moulin sur l'Echez à "l'endroit qui serait trouvé le plus commode, à la charge de payer à Sa Majesté et à ses successeurs rois, à perpétuité, la somme de 15 livres, par chacun an, pourvu que ce fut chose qui ne pût faire préjudice à Sa dite Majesté, ni au public". Ses lettres furent adressées à la Chambre des Comptes de Navarre, à Pau, au Sénéchal de Bigorre, à Tarbes et à tous les autres justiciers pour l'enregistrement."

 

 

Édition Société Vicquoise d'Etudes et d'Informations Municipales - 112 pages - 1995

 

Lavoir municipal de Vic-en-Bigorre

Gouache de Françoise Larronde

 

Prix de l'ouvrage = 13 € + Frais d'envoi (France métropolitaine) = 6 €

 

Total : 19 €

 

*** 

Ce livre vous intéresse : 

 

claude.larronde@orange.fr