La naissance de l'Arsenal de Tarbes

 

"La naissance de l'Arsenal de Tarbes - Les canons d'Auguste Verchère de Reffye et la mémoire des Bâtiments" c'est le récit du destin exceptionnel d'un ingénieur de génie : Auguste Verchère de Reffye qui dessine, met au point et fabrique un canon à balles qui représente l'espoir de tout un peuple contre les bataillons de l'armée prussienne, en 1870. Remarqué et estimé par l'empereur Napoléon III pour ses talents d'artilleur et de créateur multiformes, de Reffye sera également apprécié d'un ministre de l'Intérieur du gouvernement de la Défense Nationale : Léon Gambetta et de deux présidents de la République : Adolphe Thiers et le maréchal de Mac-Mahon.

 

Arrivé à Tarbes à la fin de janvier 1871, Auguste de Reffye façonne un Arsenal selon ses principes d'intelligence, de rigueur et de grande humanité pour les ouvriers civils et militaires, leur encadrement et leurs familles. Rapidement devenu spécialiste du perfectionnement des canons de campagne dont notre défense est cruellement déficitaire, l'atelier tarbais devient le carrefour de toutes les demandes venues des dix-neuf corps de l'armée française.

 

L'installation de l'Arsenal, en bordure de la voie ferrée Toulouse-Bayonne, modifie rapidement la démographie du chef-lieu et transforme peu à peu cette ville, à large vocation agricole, en une cité industrielle vouée à la protection du pays. Les cinq premières années 1871-1876 sont décisives. L'auteur nous montre les photos des bâtiments historiques dont quelques-uns sont, aujourd'hui, désaffectés ou démolis et nous expose la chronologie du développement des premières fabrications de cette entreprise déjà réputée.

 

Ouvrage d'histoire écrit après de patientes et minutieuses recherches, "La naissance de l'Arsenal de Tarbes" est un acte de foi en l'aventure humaine et technologique qu'ont vécu les familles bigourdanes et les générations d'arsenalistes qui liront ces pages avec émotion et nostalgie.

 

 

 Morceaux choisis :

 

"L'artillerie à balles doit devenir l'artillerie légère par excellence, l'artillerie volante, toujours en mouvement, passant à travers les trajectoires des boulets auxquelles elle se dérobe par sa mobilité, cherchant à surprendre l'infanterie à bonne portée et la harcelant sans cesse".

 

"La manœuvre du canon à balles n'a plus aucune analogie avec celle du canon ordinaire, l'emploi et le but de cette pièce modifient profondément toute la tactique de l'Artillerie".

 

"Bien peu d'officiers comprennent encore l'emploi de cette arme qui cependant n'est redoutable que par la manière dont on s'en sert".

 

"Les partisans du canon à balles se rencontrent dans les jeunes officiers qui les ont servis pendant la guerre ; mais il s'en compte beaucoup moins parmi les officiers supérieurs". Auguste de Reffye, le 15 mai 1875.

 

Édition Société Académique des Hautes-Pyrénées

104 pages - 2002

 

Médaille commémorative des 120 ans de l'ATS offerte le 26 octobre 1991 par le général Pierre Mary à Claude Larronde pour son ouvrage sur l'Arsenal de Tarbes.

 

Prix de l'ouvrage = 14 € + Frais d'envoi (France métropolitaine) = 5 €

 

Total : 19 €

 

*** 

Ce livre vous intéresse : 

 

claude.larronde@orange.fr