LA PLACE DE LA REPUBLIQUE

 Revenant du Front, le Poilu ramène au pays natal le laurier de la Victoire. Inauguré le 19 avril 1925, le Monument aux Morts de 14-18 est l'œuvre de Martial Caumont, statuaire tarbais. Ce jour-là, l'église était trop petite pour contenir la foule énorme qui entourait les sociétés de la Ville, bannières en deuil et les délégations d'enfants des écoles. Trop petite, l'église vibrait aux accents mixtes de la fanfare municipale et de l'Orphéon. Devant le Monument aux Morts, on découvrit le Poilu et on joua "La Marseillaise". La "Lyre vicquoise" chanta "Pro Patria", la chorale exécuta "Gloire à la France" et "L'Indépendante" joua le "Chant du départ". La foule recueillie et émue, pleura au souvenir de ceux qui ne reviendraient plus... 

Ancienne place au marché où trônait la "Marcadale", antique halle en bois démolie en 1792 - elle était un symbole de la défunte Monarchie, parait-il - la place de la République a connu toutes les appellations : place Nationale sous la Révolution, place des Merceries en 1812, place royale avec le retour de Louis XVIII en 1815, à nouveau place Nationale en l'honneur de la Constitution de 1848, place Impériale sous Napoléon III en 1852 et place de la République depuis 1875.