Guerre d'indépendance de l'Espagne

 

Armée des coalisés

 

Feld-Maréchal Wellington

 

1808-1814

Le Feld-maréchal Arthur Wellesley, marquis de Wellington, est âgé de 38 ans lorsqu'il débarque pour la première fois en Espagne, en 1808. Puis, il sera nommé par les Cortes de Cadix généralissime de toutes les armées opérant dans la Péninsule. Cette décision est provisoire dans l’attente du retour du roi Ferdinand, prisonnier de l’Empereur au château de Valençay. La bataille de Vimeiro, le 21 août 1808, sera son premier grand succès. Puis, c'est la victoire de Talavera, le 28 juillet 1809 qui lui vaut le titre de vicomte. Le 3 janvier 1813, l’Empereur a rappelé le maréchal Soult pour reprendre le commandement des Grenadiers de sa Garde mais la formidable Grande Armée a fondu dans les steppes glacées de l’immensité russe. 

 

En Espagne, au mois de mai 1813,  le marquis de Wellington et baron de Douro est serein. Il peut compter sur une infanterie de 76119 hommes dont 8462 Portugais, une cavalerie de 8317 cavaliers, dont 893 Portugais, un personnel d’artillerie et du train de 4307 servants et 892 hommes du génie. Ajoutons à cette force, 4429 fantassins et 3918 cavaliers espagnols de la 4e armée de Giron, de nombreux combattants d’unités basques : navarraises de Mina, biscayennes de Artola et Mugartegui et guipuzcoannes de Pastor. Enfin, 13900 hommes de l’armée de réserve d’Andalousie, commandée par le comte La Bisbal, pourraient éventuellement s’ajouter à cet effectif très confortable. Ces troupes monopolisent, à elles seules, notre armée du Nord et quatre divisions détachées de l’armée du Portugal, sous le commandement du général de division Bertrand Clauzel.

 

De Ciudad-Rodrigo et les rives de l’Agueda où il a cantonné tout l’hiver, Lord Wellington dans sa terne mais confortable tenue de campagne, se dirige vers Vitoria, noeud stratégique de toutes les routes du nord de l’Espagne, passage vers l’océan ou vers les ports pyrénéens de la frontière française. En fin stratège, il comprend que c’est là qu’il faut attaquer pour couper la retraite des armées de l’Empereur. 

"Ronde" de Wellington

 

Le général comte de Wellington, commandant de la colonne du Centre, à la bataille de Salamanque, le 22 juin 1812.

Figurine en plomb du Feld-Marchal Arthur Wellesley, marquis de Wellington ---> Collection "Soldats des Guerres Napoléoniennes" - Éditions DelPrado, fascicule n°13.

 

"Ronde" Wellington à Salamanque, en juin 1812 ---> Collection "Cavaliers des Guerres Napoléoniennes" - Éditions DelPrado, fascicule n°14.

 

Hébergement de la video de Claude Larronde ---> "YouTube FR" et Musique ---> Licence YouTube standard.