SOULT ET WELLINGTON - 1814-2014

Commémoration du bicentenaire

du combat de Vic-en-Bigorre

 

Samedi 19 mars 1814 - 13 h à 17 h

 

Samedi 26 juillet 2014 :

Une stèle commémorative en souvenir du combat entre l’armée des Pyrénées du Maréchal Soult et l’armée Alliée du Feld-Marchal Wellington, a été dévoilée par M. Jean-Paul Pène, 1er adjoint du Conseil municipal de Vic-en-Bigorre et M. Claude Larronde, historien.

MM. Jean-Paul Pène et Claude Larronde

dévoilent la stèle commémorative

cliché Josiane Pomès

Texte de Claude Larronde

Stèle de la marbrerie Larrouy-Arts vivants de la pierre

Offerte par le Souvenir Napoléonien, une gerbe a été déposée devant la stèle par MM. Jean-Paul Pène, 1er adjoint, Bernard Ghestin, délégué régional du Souvenir Napoléonien, Daniel Blondet, figurant le Maréchal Soult et Marc Dennis, figurant le Feld-Marchal Wellington. Ont ouvert le défilé en Ville, les Tambours de l’Odyssée. Suivaient l’Armée du Maréchal Soult : 3e, 51e et 88e Régiments d’infanterie de ligne, 6e et 25e Léger, 3e Bataillon de Chasseurs de Montagne, 2e et 12e Régiments de Hussards, Gendarmerie Impériale, Artillerie de la Garde et l’Armée du Feld-Marchal Wellington : 69 th Foot, Infanterie légère de Brunswick, 42 th Highlanders, Volontaires d’Aragon, 19e de Ligne Portugais, Husares de Iberia.

MM. Pène et Ghestin portent la gerbe

cliché Josiane Pomès

MM. Ghestin, Blondet, Dennis, Vesselle, de droite à gauche

cliché Josiane Pomès

Exposé de M. Claude Larronde devant la stèle commémorative

cliché Josiane Pomès

Parti de Monségur (64460), le lieutenant général Jean-Baptiste Drouet comte d’Erlon, commandant le corps du Centre, traverse le gué de l’Échez et pénètre dans Vic-en-Bigorre. Il s’engage sur la route de Maubourguet pensant y retrouver les cavaliers du général Jean-Baptiste Berton. Il n’a pas franchi 500 m qu’on lui signale la cavalerie allemande du Major général Von Bock. Quatre canons sont mis en batterie. L’artillerie, les convois et les blessés des derniers jours peuvent alors traverser l’Échez au gué d’Arribe - rue Garderive - se rabattre vers le centre ville et se diriger vers Tarbes.

 

La 1re division du général Augustin Darricau (originaire des Landes) met en première ligne la brigade du général baron François Fririon composée des 6e Régiment léger, 69e et 76e Régiments de Ligne - 1818 hommes - pour affronter l’escadron hanovrien de Von Bock composé des 1er et 2e Dragons - 800 cavaliers - et la 3e division du lieutenant général Sir Thomas Picton - 6000 hommes. La 2e division du général baron Jean Darmagnac (originaire de la Haute-Garonne) s’est échelonnée en arrière pour prêter main-forte en cas de besoin. Elle est représentée par la brigade du général Louis Leseur avec les 31e Régiment léger Piémontais, 51e et 75e Régiments de Ligne - 2258 hommes - et la brigade du général Jean-Baptiste Menne avec les 118e et 120e Régiments de Ligne - 2494 hommes.

 

À 14 h, la bataille a lieu entre Echez, Adour et lisière du bois du Marmajou. Elle est d’une « extrême violence » selon les « Mémoires » du général gallois Thomas Picton. Les cuirassiers lourds de l’escadron de Von Bock ont été repoussés jusqu’à Baloc où ils se sont maintenus jusqu’à 15 h. Mais la « 3rd division Foot » de Picton composée des 5e, 83e, 87e et 94e Régiments à pied, force le passage, sur la route. Il dira être entré dans « une forêt de vignes » d’où il était difficile de s’extraire. Soudain, venue rive droite de l’Adour, apparaît la « Light division » anglo-portugaise du général en chef Charles comte Von Alten - 6000 hommes + 1500 cavaliers. À ce moment, il faut dégager la 1re division de Darricau qui va céder et c’est la 2e division de Darmagnac qui subira, jusqu’à 17 h, les plus gros dommages; 250 blessés français y seront décomptés. L’ordre de repli vers Pujo sera donné par le lieutenant général Drouet d’Erlon. 

 

Le capitaine Nicolas Marcel du 69e Régiment de Ligne - 1re division Darricau - raconte (1) : «Les habitants de Vic avaient distribué du vin à nos soldats, aussi nous n'en étions plus maîtres et ils voulaient constamment sortir de leurs embuscades pour courir à la baïonnette; quand, vers 5 heures du soir, nous reçûmes l'ordre de nous retirer, je fus obligé de menacer plusieurs voltigeurs de la prison pour les faire partir, tant ils se battaient avec rage. L'adjudant-major Gugliéry, qui venait, pour la troisième fois, me porter l'ordre de la retraite, reçut une balle dans le talon et le régiment n'eut que quelques hommes blessés».

 

(1) « Campagnes du Capitaine Marcel, du 69e Régiment de Ligne en Espagne et au Portugal (1808-1814) » publiées par le Commandant Var - Librairie Plon - 1913.

 

Remerciements à Mme Josiane Pomès, au Dr. Jean Renault et à M. Jean-Yves Sébastian.

 

Claude Larronde

Membre de l’Académie des Lettres Pyrénéennes

Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques

Présentation Claude Larronde - cliché Josiane Pomès

MM. Delorme, Struye, Lalanne - cliché Josiane Pomès