SCULPTURE

21 - Les Romantiques bigourdans : Firmin Michelet

 

L’artiste tarbais n’est plus un « décorateur » mais un vrai statuaire. Dans son atelier où il vient se ressourcer parfois, il évoque les mois passés dans la « Chapelle » qui domine la vallée de la Marne et la ville de Dormans. Elle fut érigée sur un emplacement choisi par le Mal Foch pour commémorer l’arrêt de l’avance allemande vers Paris, en 1914. Conçue par l’architecte Closson et construite de 1921 à 1931 dans le parc du château de Dormans, cette chapelle double est bâtie sur deux étages et culmine à 52 m. Firmin Michelet fut sollicité pour une décoration intérieure en harmonie avec la facture XIIIe siècle voulue par l’architecte. De nombreux bas-relief sont l’œuvre de l’artiste tarbais : un immense Christ Roi au tympan de Dormans, saint Bernard l’apôtre, sainte Geneviève, Mérovée écrasant les hordes d’Attila, Jeanne d’Arc, deux grands chapiteaux « Te Deum » et « De Profondis », des anges, des soldats, des fragments de chemin de croix, une fresque théologique en somme. C’est en 1927 que fut érigée « Notre Dame des Neiges » sur un piton rocheux, à 1519 m d’altitude. Il fallut 50 courageux de Gavarnie pour la hisser sur ce promontoire afin qu’elle veille sur les montagnards. La réalisation de cette statue exposée en plein air, face au décor grandiose de la montagne, obligea l’artiste à développer proportionnellement les formes gracieuses de la Vierge jusqu’à six mètres de hauteur. Toujours dans cet esprit « Moyen âge » fait de mouvements modérés, simples, symboliques, à l’instar des « imagiers » de l’époque dont il ne se départira jamais, il enveloppe la Vierge d’un costume local : une grande cape à capuchon, celle des paysannes de la région qui, probablement, devaient porter la même au XIIIe siècle. Lourde étoffe aux plis bien marqués, robe aux lés parallèles tombant à la verticale en repli sur le pied avancé : une sobriété voulue.

« Notre Dame des Neiges » - cliché Claude Larronde.

22 - Les Romantiques bigourdans : Firmin Michelet

 

Le 12 juillet 1931, une statue en bronze commandée par le Comité d’Artagnan est érigée à Auch, au milieu de l’escalier monumental qui relie la rivière Baïse à la ville haute. Firmin Michelet a réalisé un fier Charles de Batz de Castelmore dit D’Artagnan. Fernand Laudet de l’Institut le décrit ainsi : « Attitude de spadassin campé dans ses bottes, l’épée à la main et le feutre sur l’oreille. Sous ses longs cheveux qui tombent en soie sur ses épaules, le regard est droit et haut, l’expression est attirante et inquiétante, l’allure toute militaire. Le vêtement est simple, la casaque, la fameuse casaque d’azur est bien ajustée et le manteau posé sur les épaules n’a rien d’encombrant, il sera facilement jeté pour monter à l’assaut ». L’enfant de Lupiac rallie tous les suffrages. Le Comité se félicite de son choix. Michelet a su traduire l’admiration et l’émotion du peuple gersois pour son héros. Le jour de l’inauguration, les acclamations et les vivats fusent en direction de l’artiste bigourdan. Tarbes qui a vu naître le généralissime Ferdinand Foch voulait lui marquer sa reconnaissance et celle de la nation dans la pierre ou le bronze. Le projet était de dresser une statue au cœur de la ville. Mais, le coût estimé paraissait exorbitant : plus de 1 million de francs ! Comment faire ? On créa un Comité de propagande et on ouvrit une souscription afin de solliciter tous les amoureux du mousquetaire. La générosité fut exceptionnelle : des particuliers, des corporations, des groupes, des associations d’anciens combattants de France, d’Angleterre, d’Italie, de Pologne et du Portugal adressèrent leurs oboles. De manière incompréhensive, des États alliés firent défaut. Malgré l’activisme inlassable des membres du Comité pendant trois ans, la collecte n’atteint pas son but. Des centaines de milliers de francs manquèrent au décompte final. La statue symbolique monumentale ne pouvait se réaliser.

« D’Artagnan» à Auch - cliché Marithé et Alain.

23 - Les Romantiques bigourdans : Firmin Michelet

 

Par manque de fonds, le Comité revint à un projet plus humain en sollicitant le statuaire Firmin Michelet et l’architecte Jean Martin. Ces deux derniers acteurs tinrent compte du contexte spatio-temporel des places de la ville et de la douleur des familles bigourdanes encore dans le deuil de ses héroïques poilus. Un trop grand monument aurait pu porter à la confusion des esprits et à la critique comparative. Le Comité arrête son choix sur la partie sud des Allées Nationales (Allées du général Leclerc). On déménage le vertueux chirurgien Larrey au nord des allées et on aménage un rond-point avec, en son centre, la statue du Maréchal qui n’aurait pas été content de ce choix. N’avait-il pas dit : « Nous avons mieux à faire pour le bien public » après la décision municipale de donner son nom à la rue des « Grands fossés » (rue Mal Foch). Puisque le travail en groupe fit merveille pour l’érection de la fontaine monumentale, au Marcadieu, on s’adresse à Bordes, Caumont et Michelet. Hélas, le trio bigourdan ne s’entend pas. La statue équestre de Michelet est retenue pour la position centrale, les deux autres statues sont placées au sud des allées. Le socle est en pierre de Bourgogne. Le Maréchal est en petite tenue de campagne, monté sur un cheval anglo-arabe. Le groupe obtient la plus haute récompense au Salon des Artistes Français, en 1934. Le jury qualifia le groupe de « ferme, simple, ni héroïque, ni romantique ». Jean-Pierre Bove a décrit la cérémonie d’inauguration, le 27 octobre 1935, six ans après le décès du Maréchal. Il précise que l’étalon « Marboré » de l’écurie Fould fut choisi par l’artiste comme modèle. Une foule immense, les discours de Fabry, ministre de la Guerre, Weygand et Trélut sont radiodiffusés. Dès le 11 novembre 1940, la statue devient un symbole de la résistance à l’ennemi par une gerbe déposée à ses pieds avec pour seule inscription : « A notre Maréchal ». Depuis, l’hommage se répète et ne faiblit pas.

« Foch» à Tarbes - cliché Claude Larronde.

24- Les Romantiques bigourdans : Firmin Michelet

 

Nous avons vu les pièces majeures de l’artiste tarbais. Ajoutons-y le calvaire monumental de São Paulo, au Brésil. D’autres œuvres moins exposées méritent l’attention sinon l’admiration. Le buste de Georges Clemenceau au Musée d’Orsay, celui de « Jeanne d’Albret », reine de Navarre, sculpté en 1920, à l’initiative du baron Fernand de Cardaillac, est exposé sur les talus fleuris à Bagnères-de-Bigorre. Artiste graveur, il a réalisé deux magnifiques épées d’honneur; l’une pour le maréchal Foch, l’autre pour l’académicien gersois Joseph de Pesquidoux et reçu de nombreux compliments : « Délicat et ingénieux orfèvre, habile ciseleur de métaux précieux ». Il restera dans le gotha national des sculpteurs pour l’ensemble de son œuvre héroïque : de nombreux bustes  de Ferdinand Foch pour l’État et la ville de Paris, le maréchal de France, statue de pied en pierre, à la clairière de Rethondes, autre statue en pierre, à la maison natale du Maréchal à Valentine, un buste en céramique de biscuit au Musée national de céramique de Sèvres, au Pavillon de Marsan aux Tuileries, à l’Hôpital des médaillés militaires de Paris. Les Monuments aux Morts sont nombreux : Bouchavesnes-Bergen, Andrest, Aspet, Cauterets, Dax, « La défense de l’Ile-de-France » dans l’Oise, Isigny, Luz, Mauléon-Barousse, Rabastens, Séméac, Tarbes, Collège Stanislas à Paris, Saint-Palais, Tournay, Ustaritz, Vouziers. Enfin des pièces haut-pyrénéennes : buste en pierre du poète Jules Laforgue au jardin Massey, « Saint-François-Xavier » en pierre au séminaire de Tarbes, buste de Marianne à l’hôtel de ville de Vic-en-Bigorre, des bas-reliefs de peinture et sculpture sur la façade du Musée Salies, à Bagnères-de-Bigorre. Grand statuaire, Michelet est aussi peintre. Une huile sur toile « Scène de plage » est exposée au Christie’s de New York. L’artiste bigourdan lâchera le ciseau, à Tarbes,  le 14 octobre 1951. Je regrette qu’aucune rue ou place de Tarbes ne portât son nom et prénom.

« Jeanne d’Albret» à Bagnères-de-Bigorre - cliché Claude Larronde.

25 - Les Romantiques bigourdans : Léon Dufrène

 

Né le 27 mai 1880, à l’avenue de Malakoff, à Paris, Léon Louis Dufrène est issu d’une famille ouvrière. Son père, Benjamin Constant Dufrène, est serrurier. Sa mère, Jeanne Brun, couturière, est née à Barbazan-Debat, dans les Hautes-Pyrénées. Le destin est malicieux. La société Fichet, spécialiste des serrures de sûreté, est employeur de Benjamin Dufrène. Après la mort du général Jean-Baptiste Auguste Verchère de Reffye qui a cruellement marqué le personnel de l’Arsenal de Tarbes, la production marque le pas, puis, dès 1881, reprend son essor. L’année suivante, l’Atelier de Construction fait appel aux spécialistes en tous genres qui ne peuvent se recruter en Bigorre où la main-d’œuvre industrielle est encore rare. Pour installer ses coffres-forts, il sollicite la société parisienne. C’est dans ce contexte que Benjamin Dufrène prend ses quartiers au 36, avenue de la Gare, à Tarbes. A son contact et sur ses conseils, le jeune Léon fait montre d’une extrême précocité dans le maniement de la gouge, du ciseau et du rabot. C’est le travail du bois qui lui donne cet élan créateur que des matériaux bien plus délicats à façonner transcenderont à jamais.Une vocation naît. A l’âge où les jeunes garçons quittent l’enfance pour une adolescence pleine d’incertitudes, Léon Dufrène est déterminé. Jean Lataste, professeur de l’école de dessin municipale, a remarqué la qualité exceptionnelle de son tracé. En 1893, il fréquente l’atelier d'Henri Nelli et sa présence est signalée sur le grand chantier de la fontaine Bouzigues-Duvignau, au quartier Marcadieu. Il a 13 ans. Là, il côtoie les plus grands : Jean Escoula, Louis Mathet et Edmond Desca dont il devient l’élève. Le maître le prend en amitié et lui accorde son affectueux patronage. Il l’emmène à Paris en 1897, après l’inauguration de la fontaine. 

"L'Amour endormi" - cliché Berthe Ursat.