HUSSARDS

 

 

Les plus célèbres Cavaliers

 

Joachim Murat est né le  à Labastide-Fortunière dans le Quercy (Labastide-Murat dans le Lot. Fait maréchal d'Empire et prince par Napoléon, en 1804, grand amiral de l'Empire, sénateur, puis grand-duc de Berg et de Clèves, en 1805 et roi de Naples, en 1808. Il était le beau-frère de Napoléon Ier par son mariage avec Caroline Bonaparte. Le 18 mai 1804, un sénatus-consulte confie le «gouvernement de la République à un Empereur» en la personne de Napoléon Ier. Murat est couvert d'honneurs : il est fait maréchal d'Empire le lendemain. Le 1er février 1805, il est élevé à la dignité de grand amiral de l'Empire et le 2, grand aigle (grand croix) de la Légion d'Honneur. Au mois de mars, il s'installe au palais de l'Élysée. Membre de la famille impériale, il porte le titre de Prince. Joachim Murat commande une nouvelle fois la cavalerie et l'avant-garde de la Grande Armée à l'automne 1805. Il porte les premiers coups à l'Autriche et obtient les premiers succès. Lorsque les Russes entrent en guerre, Murat attaque aussitôt une de leurs divisions, à qui il enlève cinq pièces de canon et 500 hommes. Poursuivant l'ennemi, il l'attaque de nouveau et lui fait éprouver une nouvelle perte de 1800 hommes. Il se couvre de gloire à la bataille d'Austerlitz où il commande l'aile gauche de l'armée française. Le traité de Presbourg, signé le , réorganise l'Allemagne et Joachim Murat devient grand-duc de Berg et de Clèves. Il part s'installer à Düsseldorf, capitale de son État. La guerre entre la Prusse et la France éclate à l'automne 1806. Murat retrouve son commandement à la tête de la cavalerie. Toujours à l'avant-garde, il se bat à la bataille d'Iéna et parvient à capturer l'essentiel de l'armée ennemie, à capituler, harcèle les débris de l'armée prussienne et fait toute une brigade prisonnièreLa capitulation de l'ennemi lui livre 64 pièces d'artillerie, 45 drapeaux, 6 régiments de cavalerie, 1600 hommes d'infanterie et le prince de Hohenlohe qui les commande. Attaqué dans LübeckBlücher se rend à Murat avec les troupes et le matériel qu'il avait cru sauver. Pendant ce temps, une des divisions de Murat, commandée par le général Antoine Lasalle, a fait capituler la garnison qui défend Stettin forte place de la PrusseCette campagne s'achève sur ses mots : «Sire, le combat cesse faute de combattants». La guerre se poursuit cependant contre les Russes qui accourent au secours des Prussiens. Murat les attaque, les chasse de Varsovie où il fait une entrée triomphale le 

À la bataille d'Eylau, en 1807, c'est encore Murat qui force l'ennemi à la retraite, après avoir enfoncé son infanterie. Une grande partie de l'artillerie russe tombe au pouvoir du grand duc de Berg. Il conduit l'une des plus grandes charges de cavalerie de l'histoire européenne en menant de 10 à 12000 cavaliers sur le centre russe pour empêcher celui-ci de couper l'armée française en deux. Après la défaite de Waterloo, il s'enfuit en Corsa. Entouré par ses partisans, il se prend à rêver sur une reconquête de N Il arrive devant le petit port calabrais de Pizzo. Mais la foule est hostile car la Calabre a été touchée par la répression du brigandage sous son règne. Il est capturé dans le château aragonais de Pizzo. Il est capturé, enfermé et exécuté, le 13 octobre 1815, sur ordre du roi d'Espagne Ferdinand. Courageux à l'extrême, il refusa une chaise et d'avoir les yeux bandés, il embrassa le camée sur lequel la tête de sa femme était gravée. Il ajouta ces mots : "Soldats ! Faites votre devoir ! Droit au cœur mais épargnez le visage. Feu !".

Antoine Lasalle, le "Général Hussard", est né à Metz, le 10 mai 1775, dans une famille de petite noblesse. Enfant indiscipliné et bagarreur, il reçoit pourtant une bonne éducation. Malgré ses origines nobles, Antoine Lasalle s'enthousiasme pour les idéaux de la Révolution Française. Lorsque la guerre de la 1re coalition éclate, il rejoint en tant que simple volontaire le 23e régiment de Chasseurs à cheval. Dans l'Armée du Nord, en juillet 1794, il charge et capture seul une batterie anglaise à Landrecies. Il rejoint ensuite l'armée des Alpes où il devient aide de camp du général François-Étienne Kellermann, le vainqueur de Valmy. Le 17 décembre, près de Vicence, il charge avec seulement 18 compagnons et met en déroute 100 cavaliers Autrichiens. Son courage et son charisme en font rapidement une figure populaire de l'Armée Française. Rapportant des renseignements militaires d'importance, le général en chef Bonaparte lui pardonnera ses incartades. Le soir de la bataille de Rivoli, montrant un monceau de drapeaux pris à l'ennemi, Bonaparte déclare à Lasalle épuisé : "Couche-toi dessus, Lasalle, tu l'as bien mérité". Il entretient sa renommée par des coups d'éclat et de nombreuses conquêtes féminines. Il collectionne les cartes et les pipes. Il possède toutes les qualités du héros : la force, la beauté et la classe. Bon mari, il écrit un jour à sa femme : "Mon cœur est à toi, mon sang, à l'Empereur et ma vie, à l'honneur". "Il suffit d'un coup de plume pour créer un Préfet, mais il faut vingt ans pour faire un Lasalle" disait Napoléon. En 1800, alors qu'il prend la direction du 10e Hussards, Antoine Lasalle prononce cette célèbre formule qui témoigne bien de sa fougue et de son mépris du danger :

 

"Tout hussard qui n'est pas mort à 30 ans est un jean-foutre".

 

Envoyé en Espagne en 1808, il s'illustre à Medina del Rio Seco. Le 14 juillet, à Villa Viejo, le 10 novembre et à Medelin, le 28 mars 1809. Pendant la campagne d'Allemagne, il se distingue à Essling, les 21 et 22 mai, puis au siège de Raab, les 15 et 24 juin 1809, avant de tomber au champ d'honneur. Le 6 juillet 1809, le soir de la bataille de Wagram, il est frappé en plein front d'une balle autrichienne alors qu'il essayait avec des cuirassiers du 1er régiment de disperser un bataillon d'infanterie. 

"Ronde" Maréchal Joachim Murat ---> Collection "Cavaliers et Fantassins des Guerres Napoléoniennes" - Éditions Del Prado, fascicule n°11.

Maréchal Joachim Murat ---> Collection "Soldats de plomb de la Grande Armée de Napoléon" - Éditions Atlas, fascicule n°55.

Général de division Antoine Lasalle ---> Collection "Cavaliers et Fantassins des Guerres Napoléoniennes" - Éditions Del Prado, fascicule n°64.

Hébergement de la video de Claude Larronde ---> "YouTube FR" et Musique ---> Licence YouTube standard.