HUSSARDS

 

 

7e Hussards

 

Le 7e Hussards a accompli ses premières actions d'éclat avec l'armée de la Moselle en 1793-1794, puis, avec l'armée de Rhin-et-Moselle en 1795-1797. Sous l'Empire, en 1806-1807, il charge à Géra, à Zehdenick, à Prentzlow, à Stettin, à Lübeck. Le 8 février 1807, le régiment s'illustre à Eylau et poursuit l'ennemi jusqu'à Dantzig. Le 8 juin, il se bat à Deppen, le lendemain à Guttstadt, le 10 juin à Heilsberg et le 14 juin à Friedland. On le retrouve à Peissing le 19 avril 1809, à Raab les 13 et 14 juin, à Wagram le 6 juillet, et à Znaim le 11 juillet. Le 7e Hussards est envoyé en Russie en 1812 où il est de toutes les grandes batailles : Ostrowno, Smolensk, Valoutina, Borodino, Winkowo, la Bérézina. Les pertes sont terribles : seuls 2 officiers et 40 cavaliers parviennent à regagner la Pologne. En 1813, il combat en Saxe - Dantzig, Magdebourg, Reichenbach, Leipzig, avant de s'illustrer pendant la campagne de France, en 1814, à Vauchamps, Montereau, Soissons et Laon. En 1815, il est l'un des seuls régiments de hussards, avec le 4e Hussards, à charger à Waterloo. En résumé, le 7e Hussards ira de "L'Infernale" au "Colonel-Général".

 

8e Hussards

 

Le 8e Hussards, un grand régiment qui combat en particulier à Iéna, à Essling, à l'assaut des redoutes de la Moskowa, pour défendre les ponts de la Bérézina en 1812 et en Prusse en 1813. Le 4 juin 1793, l'ancien "Saxe-Hussards" devient le 8e Hussards, compagnie d'élite, réputée pour sa très bonne tenue et sa très grande discipline, qui s'illustrera sur tous les champs de bataille de la Révolution et de l'Empire. Le 8e régiment de Hussards est licencié, le 1er août 1814 - Première Restauration - et la plupart des cavaliers sont alors versés dans les hussards d'Angoulême.

"Ronde" de l'Officier du 7e Régiment de Hussards  "l'Infernale" ---> Collection "Glorieux Cavaliers de Napoléon" - Éditions Atlas, fascicule n°41.

"Ronde" du 8e Régiment de Hussards - Compagnie d'élite ---> Collection "Glorieux Cavaliers de Napoléon" - Éditions Atlas, fascicule n°11.